la sottise de te montrer

de | 4 novembre 2007

cockerell_reve_professeur.jpg

Même si tu as eu la sottise de te montrer, sois tranquille, ils ne te voient pas.

Henri Michaux, Poteaux d’angle (1971, Poésie Gallimard, p. 36)