Archives mensuelles : novembre 2006

le richard virenque du blog

Son premier post (l’unique, pour l’heure) commence ainsi : « À la demande générale, soit quatre personnes, je continue à vous communiquer mes pensées passionnantes, par l’intermédiaire de ce blog. La chronique « un mois » avec David Foenkinos se transforme en « une vie » avec David Foenkinos. Il vous faudra du souffle, et de l’aisance dans la souris, pour… Lire la suite »

des poissons rouges dans un bocal

L’élégance du hérisson (Gallimard, 2006) de Muriel Barbery est un beau livre, drôle, émouvant, acide parfois, écrit dans une langue très inventive qui mérite son Prix Georges Brassens. Dans le microcosme de la cage d’escalier d’un immeuble de la rue de Grenelle, les voix alternées de deux narratrices (la concierge qui cultive une apparence revêche… Lire la suite »

une zone déjà notre

Quand nous lisons, nous ne cherchons pas des idées neuves, mais des idées déjà pensées par nous, à qui la page imprimée donne le sceau d’une confirmation. Les paroles d’un autre qui nous frappent sont celles qui résonnent dans une zone déjà notre – que nous vivons déjà – et la faisant vibrer nous permettent… Lire la suite »

critique et contemporains

Excellente initiative d’une équipe d’enseignants québécois, autour de René Audet, le site : Auteurs.contemporains.info est une banque de données collaborative qui se propose d’ « identifier et de rassembler la documentation critique sur les œuvres des auteurs contemporains » ; il s’agit d’écrivains français et francophones contemporains (depuis 1980) et « par documentation critique, on entend ici non pas… Lire la suite »

une ligne va voir

Une ligne rencontre une ligne. Une ligne évite une ligne. Aventures de lignes. Une ligne pour le plaisir d’être ligne, d’aller, ligne. Points. Poudre de points. Une ligne rêve. On n’avait jusque-là jamais laissé rêver une ligne. Une ligne attend. Une ligne espère. Une ligne repense un visage. (…) Voici une ligne qui pense. Une… Lire la suite »

blogospherus

Bon, c’est raté, je ne ferai pas partie des premiers à l’avoir repérée, mais cette bouteille à la mer (née le 16 novembre dernier et découverte ce soir grâce à affordance.info) qui se demande si « la blogosphère est réelle », en appelle au « peuple des connecteurs » et se décrit comme le « premier test de viralité… Lire la suite »

une terrible colère

J’aime que, comme moi, Avital Ronell affectionne les parenthèses (oisives, dit-elle dans celle-ci, sur le travail) et les tirets, et toutes sortes de ponctuation : On dit que la télévision rend idiot : n’importe quel genre de répétition mécanique peut inoculer le virus de la bêtise. (Ce qui m’inquiète en tant que témoin de la vie sociale… Lire la suite »

je suis idiot devant l’autre

Avital Ronell est née à Prague en 1953 de parents diplomates Israéliens. Elle a étudié l’herméneutique à Berlin, travaillé notamment avec Derrida et obtenu un doctorat à Princeton. Elle enseigne l’anglais, l’allemand et la littérature comparée à la New York University. Aucun de ses essais, qui creusent les failles du quotidien, s’interrogent sur nos machines… Lire la suite »

quiconque prétend écrire

(…) la bêtise détermine l’état d’esprit qui afflige quiconque prétend écrire. Dans la mesure où l’écriture semble être réquisitionnée par quelque altérité intérieure qui s’avère toujours trop immature, plutôt forte en gueule, et souvent encombrée d’un désordre narcissique prononcé, quelle que soit d’ailleurs votre envie de vous cacher ou de vous isoler ; dans la mesure,… Lire la suite »

gogol. 2

François Bon s’interroge sur BigDaddy et met fort opportunément un visage (ainsi que d’autres visages moroses dans une réunion qui a l’air aussi chiante que les notres) sur le mythique et monstrueux Google qui hante le jardin de la connaissance. À lire aussi, sur l’ogre : « Faut-il une grande cuillère pour signer avec Google ? » de… Lire la suite »

pêcheur de nuit

Joli titre (en VO c’est Night Fisher !) et belle couverture pour ce roman graphique que je n’ai pas lu encore. De plus le site de R. Kikuo Johnson (né sur l’île de Maui, à Hawaï, en 1981) vaut le détour.

komma

Le Prix Décembre a été attribué aujourd’hui à Pierre Guyotat pour Coma (Mercure de France) par sept voix contre une à Philippe Vilain pour Paris l’après-midi (Grasset). Quelques liens pour saluer ce choix : Sur Coma on peut lire Dominique Dussidour, Bertrand Leclair et le reste du beau dossier Guyotat de remue.net. Et aussi, sur Guyotat… Lire la suite »

surface et profondeurs

Pierre Assouline, « la littérature » et leurs commentateurs respectifs s’interrogent sur l’utilité des lectures publiques. Pour ma part, outre le fait que le rythme trop lent de la lecture à haute voix me gène souvent, je trouve très juste ce que Marcel Proust écrit en 1914 au sujet des lectures publiques : Je ne lis bien que… Lire la suite »

un muscle qui la courbe

L’accommodation Quand je lis, j’accommode : non seulement le cristallin de mes yeux, mais aussi celui de mon intellect, pour capter le bon niveau de signification (celui qui me convient). Une linguistique fine ne devrait plus s’occuper des « messages » (au diable les « messages » !) mais de ces accommodations, qui procèdent sans doute par niveaux et… Lire la suite »

rebond

et grâce au billet de Chloé Delaume, qui annonce la parution de son prochain livre, La nuit je suis Buffy Summers, aux éditions è®e, je rebondis sur les nouveautés de cette excellente maison, et constate que le deuxième volume de Renews, intitulé Enfin! est paru. Le principe, intéressant, de la série Renews est celui de… Lire la suite »