Archives mensuelles : octobre 2006

riquiqui, le néant

Je n’ai pas encore lu Lignes de faille, mais les romans et les essais de Nancy Huston peuvent tous être recommandés. On peut commencer par : Instruments des ténèbres (Actes sud, 1996) L’Empreinte de l’ange (Actes sud, 1998) ou Dolce agonia (Actes sud, 2001) pour les romans, Journal de la création (Actes sud, 1990) ou… Lire la suite »

concessions

Ne faites pas le fier. Respirer c’est déjà être consentant. D’autres concessions suivront, toutes emmanchées l’une à l’autre. En voici une. Suffit, arrêtons-la. Henri Michaux, « Tranches de Savoir », Face aux verrous (Gallimard, 1992, p. 73)

faire avancer le schmilblick

Ce soir (ou jamais!) parle ce soir d’internet. Je n’apprend pas grand chose, mais trouve sympatique le blogueur de service (qui sera bientôt publié), Ron l’infirmier. Il explique avec humour comment se procurer un appareil photo gratuit ou détourner le buzz pour attirer les lecteurs (ce qui marche en ce moment : proposer des vidéos de… Lire la suite »

invisibles

Autre premier roman, Supplément au roman national de Jean-Éric Boulin ne fait pas l’unanimité parmi les critiques. Il s’agit d’un portrait politique de la France, à travers quatre personnages emblématiques (Kamel Barek, terroriste, François Hollande, homme politique, Yann Guillois, assassin, et Le peuple) avec des anticipations (la guerre civile au printemps 2007 notamment) qu’on espère… Lire la suite »

je cesse d’être moi

Les premiers romans sont un des plaisirs de la rentrée littéraire : on rêve devant les piles des libraires d’être surpris, de découvrir de nouvelles voix, d’avoir la possibilité de se faire une idée par soi-même sur des auteurs tout neufs, pas encore rangés par les médias dans telle ou telle petite case. Rhésus d’Héléna Marienské,… Lire la suite »

le monolithe d’arthur c. clarke

édité par Al Dante, aussi, Christophe Fiat : en 2001 à hollywood on dit this time the scene was real parce que le terrorisme qui frappe le world trade center à new york city se préoccupe des spectateurs comme les producteurs et comme les réalisateurs des films terrifiants d’hollywood qui se préoccupent aussi des spectateurs à… Lire la suite »

écriture(s) indocile(s)

Une alerte lancée par François Bon que j’ai envie de relayer… … suivez son conseil, parcourez le catalogue des éditions Al Dante, vous y trouverez des écritures « singulières » et « indociles », comme l’écrit Laurent Cauwet. Par exemple celle de Véronique Pittolo (née en 1960) dont les éditions Al Dante ont publié : Héros (Al Dante,… Lire la suite »

du désordre au neutre

Bel exemple de désordre fructueux, l’aventure de Wikipedia a 5 ans. Créée en 2001, cette encyclopedie libre, gratuite et collaborative, disponible gratuitement dans 250 langues (dont certaines rares ou mortes) est plébiscitée par la plupart des internautes, mais toujours snobée voire ignorée par beaucoup. L’intéressante présentation de Wikipedia par Wikipedia développe notamment le concept de… Lire la suite »

ajouter au désordre

Bon, d’accord, cet article de Daniel Kaplan, « Penser l’internet dans 10 ans », a déjà plus d’un mois, et je ne suis pas à la pointe de l’actualité, mais je trouve stimulante sa façon d’envisager l’internet du futur comme un « désordre croissant (…) destructeur et créatif à la fois », résultat de la « plasticité du… Lire la suite »

où s’étrange le je

Un autre poème, dans la série des « Attendus », sur la résistance de l’intime, qu’aujourd’hui tout nous intime l’ordre de surexposer : attendu que l’intime n’est pas fonds personnel sommeil d’or ni sicav mais appel par le fond du sans fond au profond de la cave ( : traversée – du désastre l’envers) où s’étrange le je… Lire la suite »

champ de Narcisse

(Deuxième inconférence) J’aimerais, avant d’attaquer le vif du sujet, m’assurer d’une certaine loyauté de votre part, ne le prenez pas mal, j’aurais pu dire neutralité, j’aurais pu dire une fraternelle, fidèle étrangeté, c’est qu’il est parfois difficile, n’est-ce pas, de parler avec ceux qui ne lancent pas leur pensée, la font glisser, tourner sur soi,… Lire la suite »

post scriptum

Laure Limongi, écrivain, éditeur chez Léo Scheer et blogueuse, consacre aujourd’hui un billet à sa lecture de King Kong Théorie. J’en profite pour écouter avec grand plaisir son billet précédent, une intéressante (et amusante) réflexion sur la Poésie coeur de cible d’aujourd’hui, en forme de letttre à Julien Blaine.

taf d’écrivain médiatisé

Voilà qui va plaire à Berlol, fan de Ce soir (ou jamais!) : Frédéric Taddeï tente de confronter le féminisme de Virginie Despentes à celui de Gisèle Halimi mais le dialogue tourne très vite court, la jeune outrecuidante étant renvoyée au caractère par trop léger et individualiste de sa révolte. Mieux vaut lire le manifeste autobiographique… Lire la suite »

numérisation infinie nullifiée

Toute machine est, étymologiquement, un piège. Tout piège, conséquemment, est un certain type de machine. Ce qui fait que le piège fonctionne, c’est l’application d’une technologie secrète, un langage que ne connaît pas votre adversaire, dont il ignore l’existence, dont il ne peut même concevoir l’existence. Bref, un piège est une machine dont seul le… Lire la suite »

lignes de fuite

Il ne faut pas chercher si une idée est juste ou vraie. Il faudrait chercher une tout autre idée, ailleurs, dans un autre domaine, telle qu’entre les deux quelque chose passe, qui n’est ni dans l’une ni dans l’autre. (…) les choses, les gens, sont composés de lignes très diverses, et (…) ils ne savent… Lire la suite »

ça remue dans le net

Qu’on se le dise : remue.net, site pionnier de l’internet littéraire s’il en est, adopte une nouvelle page d’accueil à la fois plus dépouillée et plus interactive. On la doit au très inventif Julien Kirch, qui est aussi le webmestre du si fascinant Désordre de Philippe De Jonckheere. A lire (par exemple, car il faut tout… Lire la suite »

mâcher du papier

Le livre de Christophe Bataille, Quartier général du bruit (Grasset, 2006), qui évoque de manière à la fois elliptique et percutante la figure complexe de Bernard Grasset dans la période de l’avant-guerre « Ce portrait je l’avais vu et caressé mille fois – l’oeil de Proust, la bouche de Hitler, et cette peau de cadavre qui… Lire la suite »

dans la télévision 3

Ce n’est pas parce que vous êtes mort que vous avez le droit de ne plus avoir d’avis. C’est très très grave, écoutez-moi. La préparation du temps de cerveau humain disponible étrangle les ritournelles, Monsieur Deleuze, vous m’entendez, l’Ogre joue des cartes reines et l’hippocampe s’agenouille. Quant au néocortex, lui il s’oublie au reptilien. Je… Lire la suite »

dans la télévision 2

Chloé Delaume est bien coiffée … et dans son dernier livre, J’habite dans la télévision (Verticales, 2006), la narratrice finit absorbée par la télévision devant laquelle elle s’était voulue « sentinelle » tentant de comprendre comment l’ « ogre » s’y prend pour rendre nos cerveaux « disponibles ». La juxtaposition très réussie de documents et de chiffres, d’extraits d’émissions,… Lire la suite »