Archives mensuelles : mars 2006

la singularité est-elle proche ?

Voici par exemple une question que l’on se pose assez peu en France, où l’on a peur des idées qui dérangent. Pourtant l’utilisation de ce terme pour décrire les progrès technologiques date aux Etats-Unis des années 50 (John von Neumann). Le concept a été popularisé par Vernor Vinge au début des années 80, puis exploité… Lire la suite »

il doit y avoir maldonne

Il doit y avoir maldonne. L’humanité vient de faire, en quelques années, plusieurs pas décisifs sur la voie de la maîtrise technique du vivant. Ces succès ne sont pourtant pas unanimement célébrés comme autant de progrès illustrant l’intelligence et l’ingéniosité de l’être humain. Bien que les efforts des chercheurs se concentrent sur le meilleur parti… Lire la suite »

regards

Je me souviens aussi des regards … des yeux de la Catherine d’Alexandrie du Caravage, de l’autoportrait du Dürer, du Christ rescuscité de Bramante, de la Maja, nue ou vêtue, de l’Amazone de Manet, des portraits de Raphaël, des nains des bouffons des servantes et des petites princesses de Velasquez … – ce regard là,… Lire la suite »

lumière des ménines

Il y a quelques semaines j’ai passé quelques jours à Madrid, pour voir enfin en vrai quelques tableaux de prédilection : Velasquez, Durer, Bosch, Ghirlandaio, Carpaccio, etc. Je me souviens … de l’éblouissement, de la perte des repères devant l’explosion colorée du Jardin des délices en vrai en grand … de l’air (faussement ?) confus… Lire la suite »

pensée échappée

Hasard donne les pensées, et hasard les ôte ; point d’art pour conserver ni pour acquérir. Pensée échappée, je la voulais écrire ; j’écris, au lieu, qu’elle m’est échappée. Blaise Pascal, Les Pensées, VI,  » Les Philosophes « 

éloge de l’oisiveté

Ceux qui me reprochent tant de contradictions ne manqueront pas ici de m’en reprocher encore une. J’ai dit que l’oisiveté des cercles me les rendait insupportables, et me voilà recherchant la solitude uniquement pour m’y livrer à l’oisiveté. C’est pourtant ainsi que je suis ; s’il y a là de la contradiction, elle est du… Lire la suite »

la fin du travail

Mais il n’y a pas que la sf … et en ce début de troisième millénaire de plus en plus d’écrivains mélangent les genres pour importer dans un format romanesque plus classique des réflexions sur les mutations technologiques et ce qu’elles impliquent : James Flint, Douglas Coupland, Haruki Murakami, David Mitchell, mais aussi, en France,… Lire la suite »

ayas de science-fiction

La possibilité pour l’homme d’être bientôt capable de créer des êtres doués d’une intelligence dite artificielle lui fait peur. La littérature (de science-fiction essentiellement, mais pas seulement) est peut-être le lieu où cette question est posée avec le plus de pertinence, car au lieu de s’en tenir à des généralités, les auteurs de fictions doivent… Lire la suite »